Site officiel de Jean-Pierre PELAEZ

© Jean-Pierre Pelaez -  2021

MONSIEUR ROGER

ou de l'information

Texte inédit : 1996  - Commande du Ministère de la Culture
- Six plateaux ou écrans - Une multitude de lieux  - plateaux de télévision et lieux de reportages
- Possibilité d’une réalisation mixte : théâtre/cinéma, ou théâtre/montage audiovisuel. - Possibilité d’une adaptation pour le cinéma ou la télévision
- 12 comédiens ou plus (Min : 4 présentateurs, 1 reporter, 7 intervenants)

 

"Monsieur Roger n’est plus !“ A partir de cet instant, et de par le miracle des médias, cet homme, dont personne n’avait jamais en- tendu parler, va devenir, sur une durée de trois semaines, un héros, puis un salaud, avant de retourner au néant qui fera de lui l’archétype de toute figure médiatique.
Drame polyphonique, ce texte satirique sur les médias propose une structure scénographique permettant de passer en permanence d’une chaîne à une autre, comme sous l’effet d’une télécommande.

JEAN MARC HANON

“Mesdames, messieurs, bonsoir. Monsieur Roger n’est plus. Il y a quelques heures à peine, cet homme que personne ne connaissait s’éteignait à son domicile. Une mort qui aurait pu sembler banale si tout de suite plusieurs dépêches n’avaient fait état de révélations sur le rôle qu’il aurait pu jouer dans la Résistance...”


YANNICK MARTEAU

Ouais, le gars sans importance, le complet quidam, bref l’illustre inconnu n’était autre qu’un grand résistant...


MARTINE AHNE

Comment un tel homme aura-t-il pu réaliser dans une véritable altérité de son ego, dans une absence totale d’historicité, un itinéraire a la fois transhistorique et transséculaire ?...


SYLVIANE MARTENS

Un événement qui pose de multiples questions. Le mystérieux Mr Roger est-il un de ces nouveaux héros dont certains parlent déjà ?... 

Première semaine

Dans un article, Christian Imbart (Université de Toulouse-Mirail), écrit : “Faire un tout avec des riens et éviter ainsi à tout moment de n’avoir rien à dire, alors que d’autres, dont c’est la fonction, ne disent plus rien sur tout, telle pourrait être l’ultime leçon de la pièce.”