Site officiel de Jean-Pierre PELAEZ

© Jean-Pierre Pelaez -  2021

JEANNE D'ARC TRANSFIGUREE

Livret pour un oratorio

Texte inédit : 2018

- Douze scènes pour une comédienne/solo, orchestre - chœur et carillon.           

  LE  JUGE

Mais comment aurais tu fait,
Si tu n’étais pas sorcière,
Pour galvaniser les soldats,
Et les conduire à la victoire ?
Porteurs d’une force inexplicable,
Bouleversant toute stratégie,
Renversant les murailles,
Rien ne pouvait plus les arrêter…

 

JEANNE

Tu ne sais pas comment s’opère
Cette incarnation de l’Esprit
Qui porte les grands événements de l’Histoire.
Mais comment pourrais-je te l’expliquer,
Moi, qui n’ai pas vingt ans,
Comment pourrais-je te l’expliquer
A toi, un vieux juge à la tête remplie
De toute l’expérience de ce monde…?
Comment pourrais-tu comprendre cela,
Toi qui n’as foi en rien, 
Sinon dans les raisonnements étroits 
Dans les facéties politiques
Et dans les tractations des hommes…?

(comme se confondant soudain avec la cantatrice qui l’incarne)
As-tu déjà regardé les instrumentistes
Qui jouent dans un orchestre ? 
Ils sont là, tous, devant nous,
Dans leurs  corps sans éclat, pendus à leurs bedaines
Dans la brutalité, la lourdeur de leur chair
Leur petitesse et leurs mimiques infimes ;
Et  soudain, au signal de leur chef,
Ils soufflent dans les cors et les flûtes, 
Ils font vibrer violons et contrebasses
Et la musique jaillit, elle éclate et s’élève,
Et ils deviennent tous des porteurs de beauté, 
Illuminés par ce chant venu du ciel,
Ce chant qu’ils transmettent 
Et mettent au monde, 
Ce chant qui magnifie leurs mains 
Et donne à leurs visages
La grâce de nos saints, le sourire des anges.
Et de pauvre créature de chair qu’il était, 
Chacun devient une part de cette musique…